Pour Artgile, pourquoi Lille ?

Le comble, c’est qu’elle s’appelle Lille. Pourtant on est loin d’une ville isolée du reste du globe, au contraire, on a l’impression d’être à la croisée des mondes. Stratégiquement bien placée entre Paris, Londres, Bruxelles et pas si loin d’Amsterdam, Lille a tout pour être une ville d’avenir et elle a déjà un pied dedans.

Bientôt baptisée capitale du design, elle fut il y a quelques années capitale de la culture. Lille accueil également Série Mania (notre festival de Cannes des séries) et on pensera notamment à lille3000, évènement incontournable de cette année 2019.

Bref, vous l’avez compris, on a peut être un temps de merde mais la météo de la culture est, elle, au beau fixe. Seulement voilà, le plus intéressant n’est pas forcement ce qu’il y a en vitrine… Alors oui, ce que l’on cite juste au dessus en met plein la vue pour une ville qui compte un peu plus d’un million d’habitant, mais le plus cool reste encore de découvrir ce que cette ville réserve dans ses entrailles.

Un lillois, qu’il vienne de s’installer ou qu’il soit résident depuis plusieurs années, reconnaît sans hésiter la chaleur humaine qui se dégage de nos rues. Les groupes d’amis se forment rapidement, les relations sont fluides et la fête est folle. C’est le Nord ! La proportion d’étudiants étant conséquente, Lille est de ce fait une ville jeune et dynamique, prête à faire face aux défis de notre 21eme siècle.

Artgile est prêt à faire sa part ! Tous les deux issus du milieu culturel associatif, Valentin et Roman connaissent bien les problématiques associées au financement des pratiques artistiques.

Surtout qu’à Lille, des artistes, il y en a plein ! Et des bons ! Alors autant commencer par aller les chercher chez nous et il y en a pour tous les goûts.

Que l’on soit peintre, graphiste, photographe ou illustrateur, le matériel nécessaire à la réalisation a un coup conséquent. Pas toujours facile de se payer le meilleur papier, les pinceaux, l’encre etc. Mais ce qu’il y a de plus compliqué, c’est surtout de trouver les gens prêt à apporter leur soutient en achetant les créations. Tout le monde n’a pas les moyens de s’offrir un tableau, même si on apprécie le travail de l’artiste. La pression du milieu pousse parfois les créateurs à brader plus que de raison leurs travaux, quitte à vendre pour une bouchée de pain le résultat de plusieurs dizaines d’heures de travail.

Si seulement le problème ne venait que de l’argent… Un artiste qui passe plus de temps à essayer de vendre ses œuvres plutôt que de s’inspirer et de créer perd rapidement cette motivation qui l’anime. On assiste parfois à la résignation d’une personne talentueuse, bien obligée de reprendre un job alimentaire zombifiant, qui aura tantôt fait de lui pomper le peu d’énergie qui lui reste.

Alors dans ce cas là, que fait-on ? Il y a bien les galeries… Encore faut-il en trouver une pas trop élitiste et, si on y arrive, savoir se défendre face aux commissions gigantesques qui sont récupérées sur les ventes. Attention, nous ne sommes pas entrain de critiquer leur manière de faire, nous sommes bien conscient que les galeries ont des frais à amortir. Mais avouez que c’est frustrant pour un artiste de se retrouver avec à peine la moitié du prix de vente en poche sans compter le « toc toc, c’est les impôts » qui vient donner le coup de grâce quelques mois plus tard à ton porte monnaie.

C’est avec ce constat et toutes ces problématiques en tête que nous avons commencé à travailler sur Artgile il y a plus d’un an. Nous avons passé beaucoup de temps avec les artistes pour mettre en place un outil complet et efficace qui rentabilise autant que ce peut leurs pratiques artistiques. Grâce à un process d’accompagnement dans la production, la communication et la vente de leurs travaux, les artistes d’Artgile peuvent se concentrer sur ce qu’il savent faire de mieux : créer. Nous avons les outils et le temps pour gérer le reste. Et notre récompense, c’est de voir que ça fonctionne, que les choses prennent forme et évoluent dans le bon sens. Des collaborations voient le jour naturellement, les technologies industrielles se mettent au service de l’art et le temps ainsi libéré émancipe l’artiste vers ses aspirations créatrices.

Notre œuvre d’art à nous, c’est Artgile. Le service, le site web, les photos, les textes, toutes ces petites choses que nous considérons comme des activités artistiques car, rappelons le, cette aventure a été imaginée et conçue par des artistes, pour des artistes…

Et vous ? Vous avez la fibre ?